Café du français

Café du français

Ça sent bon le pain maison !

 

Transcription : R : Romain / A : Anne
R : Bon alors, j’ai vu que vous aviez acheté une nouvelle machine à pain.
A : Bah oui, l’autre est tombée en panne et… bah comme on s’en sert, enfin pas tous les jours mais presque, ben voilà, il fallait racheter une machine à pain.
R : Donc vous faites… vous faites le pain tous les jours, presque ?
A : Bah, pas tout à fait tous les jours parce que un pain, ça nous dure quand même, oui, deux jours. Mais dès qu’on n’en a plus, on en refait, oui. On n’en achète plus du tout.
R : D’accord. Et donc ça fait… ça fait faire des économies sur le… ?
A : Bah écoute, je… je… Oui, je pense. Bon, il y a bien sûr… Il faut acheter la machine à pain, c’est sûr. Mais il y en a qui sont pas très chères. Mais c’est surtout que le… Moi je trouve que le pain chez le boulanger a énormément augmenté. Et en plus, ils nous vendent du pain de mauvaise qualité. Donc franchement…
R : C’est mieux de le faire chez soi.
A : Oh bah oui, oui. Moi je trouve que c’est lamentable, là, les baguettes qu’ils nous vendent ! C’est, je sais pas, 85 centimes d’euro, ou un euro, ou même un peu plus. Et franchement, c’est nul (1), quoi ! Enfin ils sont… Leur pain n’est pas bon. Donc voilà !
R : Et donc cette machine, elle fait des pains de… de combien de… de kilos ?
A : Oh bah ça fait… Il faut mettre 500 grammes de farine, à peu près 300 grammes d’eau et puis un peu de sel et de la levure. Et ça fait un pain de, je sais pas, 750 grammes à peu près. Ça fait quand même un gros pain.
R : Oui, ça fait quand même un gros pain.
A : Oui.
R : C’est plus… plus lourd qu’une baguette.
A : Ah oui, oui, c’est beaucoup plus lourd qu’une baguette, oui, oui. Parce que ça fait un pain… Oui. On peut faire plus petit. On peut en faire des… des plus petits. Mais… Mais c’est … oui, c’est évident que ça coûte moins cher que de… d’acheter… Si on achetait la même quantité de pain chez le boulanger, ce serait multiplié par, je sais pas, trois ou quatre.
R : Et donc cette machine, elle a quoi de… de mieux que la précédente ?
A : Oh bah… Elle est… Non elle est pareille. Mais… Si, ça se … Je sais pas, je crois qu’elle fonctionne un peu mieux, ça se démoule mieux et c’est plus facile. Mais c’est exactement le même principe. Mais en France, oui, j’ai l’impression qu’il y a quand même pas mal de gens (2) qui se sont mis à (3) faire leur pain comme ça.
R : Oui, ça se… ça se… ça se répand bien, ces machines.
A : Oui, oui. Puis on trouve les farines facilement, la levure, tout ça (4). Puis c’est tellement facile ! Parce que moi j’étais restée, il y a longtemps, sur… J’avais essayé de faire du pain il y a longtemps. Mais comme ça, sans machine et ça levait pas bien (5). Et là, ça marche très, très bien (6). Donc…
R : Et il faut combien de temps pour… pour faire un pain ?
A : Ah oui, bah c’est ça. Il faut quand même s’y prendre un peu à l’avance (7) parce que c’est pas compliqué du tout à faire, il suffit de mettre les ingrédients dans la cuve. Et après, on laisse faire. Mais il faut… il faut compter minimum trois heures.
R : D’accord.
A : Donc si c’est pour le dîner, il faut quand même pas arriver à sept heures moins cinq pour faire du pain pour le dîner à huit heures, disons. Voilà, il faut être organisé.
R : Donc la boulangerie peut encore servir pour dépanner (8) … si jamais (9)…
A : Oui, de temps en temps. Mais c’est vrai qu’après, on prend l’habitude de s’organiser comme ça.

 

Quelques détails :
1. c’est nul : ce n’est vraiment pas bien. (familier)
2. pas mal de gens : un nombre assez important de gens (familier)
3. se mettre à faire quelque chose : commencer à faire quelque chose et en prendre l’habitude
4. tout ça : cette expression familière et très orale sert à montrer qu’on pourrait en dire plus mais qu’on ne veut pas être trop long en donnant trop de détails.
5. lever : c’est quand un gâteau ou un pain grossit, grâce à la levure qu’on a mis dans la pâte.
6. ça marche très bien : il n’y pas de problème, le succès est garanti !
7. s’y prendre à l’avance : anticiper et commencer à faire quelque chose assez tôt. Exemples : « Pour certaines recettes, il faut s’y prendre la veille ». / « Pour avoir des places à certains spectacles, il faut s’y prendre plusieurs mois à l’avance ».
8. pour dépanner : pour aider quand il manque quelque chose. C’est une solution de remplacement. Par exemple : « J’avais une pizza au congélateur. Ça nous a bien dépanné hier soir ».
9. si jamais… : au cas où…



07/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres