Café du français

Café du français

Société. Fast & Furious à la marocaine

Société. Fast & Furious à la marocaine


Pour participer, pas besoin de
rouler en rutilante sportive.
(TNIOUNI)

Depuis quelques mois, l’avenue de la Victoire à Rabat est le théâtre de courses clandestines de motos et de voitures. Retour sur un phénomène qui prend traditionnellement de l’ampleur pendant le ramadan.


Samedi 13 septembre. Il est 3 heures du matin quand un convoi de police, composé de fourgons, de véhicules 4x4 et de motos, déboule vers l'Avenue de la Victoire, à Rabat. Cette démonstration de force a pour cible les rodéos clandestins de motos et de voitures, devenus
quasiment habituels sur l’une des plus grandes avenues de la capitale. Déjà, les forces de l'ordre étaient intervenues, le week-end précédent, pour chasser les participants à la manifestation sauvage. Visiblement sans succès…

Les spectateurs, réunis en masse sur les trottoirs de l'artère rbatie, assistent, ébahis, à des scènes surréalistes. En effet, au lieu de s'expliquer avec les policiers, motocyclistes et automobilistes préfèrent prendre la poudre d'escampette. S’ensuivent de véritables courses-poursuites dans les rues du quartier de l’Agdal, dignes d’un film d’action tout droit sorti de Hollywood. En bout de course, la police finit par réquisitionner quelques voitures et une dizaine de motos. Des mobylettes, quelques scooters, mais aussi des sportives et routières de grosse cylindrée. “Le butin est plutôt maigre comparé à la descente de la semaine dernière. Ils avaient alors confisqué pas moins d'une trentaine de motos”, explique Mohamed, gardien de nuit, qui assiste malgré lui, depuis pas mal de temps, à ces courses pas comme les autres.

Nuits agitées
Car depuis des mois, l’avenue, qui s’étend sur un peu moins d’un kilomètre, est devenue le lieu de rendez-vous favori des amateurs de sensations fortes. Sauf qu’en ce mois de ramadan, les courses ne se tiennent plus exclusivement le week-end, à des heures très tardives, mais aussi au cours de la semaine. Et les spectateurs sont également devenus, oisiveté des nuits ramadaniennes oblige, beaucoup plus nombreux. Un public venu de tous les quartiers de la ville (populaires comme très huppés) et qui n’hésite pas à applaudir, encourager et filmer (avant de tout poster sur Internet) les exploits des apprentis casse-cou, dans un nuage de fumée et de gomme brûlées. Et pour entrer dans cette “compétition”, pas besoin de rouler en rutilante sportive : à côté des scooters, Harley Davidson et autres Quad, même les possesseurs de vélos ont droit de cité. Le découpage de la “piste” improvisée s'effectue sur toute sa largeur, en évitant de bloquer la circulation pendant les “runs”. Pour autant, les automobilistes lambda qui traversent l'avenue s'offrent souvent des sueurs froides, à force de devoir zigzaguer entre les deux roues. Et comme le risque zéro n'existe pas… “Il y a eu un accident au début du mois de ramadan : un jeune en moto avait heurté un taxi. Heureusement, il n’y a pas eu de blessés. Mais on pense que c’est à partir de cet incident que la police a commencé à nous chercher des noises”, estime Redouane, jeune Rbati et heureux propriétaire d’une Peugeot 305 customisée. Ce dernier dit ne pas comprendre les motifs de ces interventions musclées, car “généralement, tout se passe dans une ambiance bon enfant, avant que tout le monde rentre tranquillement chez soi vers 4h du matin”. “Pour le moment, je pense qu’on va faire une pause, et chercher un autre endroit pour continuer nos courses. Aucun d'entre nous n’a envie de voir sa voiture ou sa moto embarquée par la dépanneuse des flics”, poursuit Redouane.

Et les travaux de prospection ont déjà commencé. Certains pensent à l’Avenue Annakhil à Hay Riad ou à l’Avenue Mohammed VI (ex-Route des Zaërs), au quartier Souissi, où se déroulent déjà quelques “runs” de temps à autre. Mais la plupart des automobilistes amateurs d'adrénaline se rabattent sur une autre méthode, nettement plus dangereuse. “Parfois, avec des potes, on traîne en voiture dans les grandes artères de Rabat.

Et quand on tombe à un feu rouge sur un automobiliste qui pourrait avoir envie de faire une petite course, on le provoque en allumant le signal de détresse, raconte Redouane. S’il démarre rapidement au feu vert et qu’il nous suit, c'est que la course, sans ligne d'arrivée, a commencé…”. Qui a dit que les nuits de la capitale étaient d'un calme ennuyeux ?

 
 
© 2009 TelQuel Magazine. Maroc. Tous droits résérvés


20/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres