Café du français

Café du français

L’alibi

L’alibi

 
Remarque préliminaire
La première fois que j'ai joué ce jeu, c'était avec des amis, pendant une soirée barbecue ... Depuis, je l'ai utilisé plusieurs fois en classe et c'est une de mes activités préférées.
C'est un jeu qui est parfois utilisé par nos collègues professeurs d'anglais, mais je n'en connais pas la source

1 Groupe cible: Niveau avancé.
2 Objectifs 


Connaissances ou savoir

  • vocabulaire et grammaire
  • les savoirs fonctionnels nécessaires à l'exécution de la tâche d'écoute
  • stratégies de communication

Compétences ou savoir-faire
  • fournir et demander des informations
  • donner son opinion
  • comprendre la contribution d'un interlocuteur dans une conversation

Attitudes ou savoir-être
  • être disposé à prendre la parole et à participer à une conversation
  • écouter attentivement et sans préjugés
  • respecter les conventions d'écoute

3 Matériel et disposition de l'espace
Une chaise devant la classe, face aux élèves.

4 Dynamique de groupe
Explication des règles du jeu.
Travail en binômes.
Mise en commun: l'interrogatoire.
Réflexion avec mise en commun.

5 Déroulement de l'activité
  1. Explication de l'activité.
    Les élèves forment des équipes de deux.
    L'enseignant leur explique qu'il y a eu un meurtre le dimanche précédent, entre 3 heures et 5 heures de l'après-midi.
    Par deux, ils doivent inventer une histoire qui leur fournit un alibi pour ce moment-là, chaque élève fournissant l'alibi de l'autre. Ils doivent donc monter une histoire et décrire leur activités communes en prévoyant le plus de détails possible: ce qu'ils ont fait, où, quand, comment, quels vêtements ils portaient, le nom des personnes rencontrées, ...
    Les élèves disposent pour ceci d'un laps de temps limité. Ensuite, ils devront présenter leur alibi : un élève sort de la classe pendant que son comparse est interrogé par l'enseignant et les élèves. Ceux-ci posent des questions afin d'obtenir le plus de détails possible. Ils peuvent prendre note des réponses. Quand le deuxième élève entre dans la classe (le premier peut y rester, mais ne doit ni parler ni faire de signes). On va lui poser les mêmes questions auxquelles il est supposé répondre de la même façon. Si les explications diffèrent, l'alibi est réfuté.
  2. Réflexion sur les objectifs d'apprentissage de l'activité.
    Maintenant que les élèves connaissent le déroulement de l'activité, il est intéressant de chercher avec eux quels objectifs seront réalisés. Il n'est pas nécessaire que tous les objectifs énumérés ci-dessus soient nommés!
    En posant des questions aux élèves, on construit la réflexion avec eux.
  3. Préparation en binômes.
    Une première préparation à lieu (+/- 5 minutes). L'enseignant demande alors s'il y a des élèves qui veulent commencer. Un élève sort et on interroge l'autre. Il est important de poser beaucoup de questions et de demander des détails, afin d'obliger l'élève à inventer des détails que son coéquipier ne connaît pas. Exemple : ˝ Le garçon de café qui vous a servi, avait-il une barbe ou une moustache ? ˝ (on voit aux réactions de l'élève qu'ils ne se sont pas mis d'accord sur ce détail).
    Ensuite on fait entrer le second élève. Lui aussi raconte son histoire et on lui pose des questions.
    Attention : Pour que le jeu soit amusant, il est important de poser maintenant des questions qui contiennent des affirmations fausses. De cette façon l'élève ne fait pas attention à l'information ajoutée (ou bien il pense que son coéquipier a ajouté un détail) et il ne corrige pas. Exemple: quand le premier élève a répondu que le garçon de café n'avait ni barbe ni moustache, on demande au second élève si la barbe du garçon était blonde, brune ou rousse.
    Il ne faut pas poser de questions sur des éléments qui n'ont pas été donnés par le premier élève, car alors il n'y a pas moyen de comparer les réponses.
    Quand la première équipe - qui a servi d'exemple - a fini, il est conseillé de laisser encore du temps de préparation aux élèves afin qu'ils peaufinent leur alibi (le premier groupe peut préparer un autre alibi ou perfectionner celui qu'ils viennent d'utiliser).
  4. La leçon suivante : l'interrogatoire.
    Comme décrit ci-dessus, mais sans de temps de préparation.
  5. Phase de réflexion :
    faire le point, avec les élèves, sur ce qui fait la difficulté de l'exercice, ce qu'ils ont fait pour parer à ces difficultés, ce qui a bien marché et ce qui a moins bien marché.
    Chercher ensemble si les objectif précisés avant l'activité ont été réalisés (et de quelle façon). Eventuellement demander aux élèves s'ils pensent avoir réalisé d'autres objectifs que ceux donnés en début d'activité.
    En conclusion les élèves formulent ce qu'ils vont retenir de cet exercice par rapport à la prise de parole et par rapport à l'écoute et éventuellement en fonction d'une prochaine activité.
  6. Mode d'évaluation
    Demander que les élèves décrivent ce qu'ils ont fait le matin en se levant, ou le vendredi soir après l'école, (ou à n'importe quel autre moment donné) en donnant le plus de détails possible.

Annexe
Voici, pour les enseignants en Flandre, la liste des objectifs finaux du troisième degré pour cet exercice. La formulation des objectifs est celle du texte officiel publié dans le Moniteur belge du 29.11.2000.

Compétences ou savoir-faire
Parler et participer à des conversations
Les élèves peuvent:

  • fournir et demander des informations;
  • avancer une opinion ou conclusion réfléchie pour des textes argumentatifs et narratifs qu'ils ont écoutés;
  • faire un rapport et fournir des commentaires sur des expériences et événements;
  • faire une présentation simple sur un sujet familier;
  • dans une conversation avancer des opinions fondées;
  • lors d'une conversation, rétorquer aux éléments introduits par l'interlocuteur;
  • utiliser les savoirs fonctionnels nécessaires pour l'exécution la plus correcte possible d'un exposé ou d'une conversation;
  • appliquer, lors du planning, de l'exécution et de l'appréciation de leurs exposé et conversation, des stratégies d'apprentissage qui contribuent à la réalisation de l'objectif recherché;
  • réfléchir à la langue et au langage. Cela signifie qu'ils :
    • se sont familiarisés avec des formes élémentaires de la langue quotidienne;
    • se sont familiarisés avec un comportement non verbal;
    • se sont familiarisés avec la structure d'un texte parlé (redondance, phrases incomplètes, etc .);
  • utiliser des stratégies de communication. Cela signifie qu'ils :
    • engagent simultanément des aptitudes réceptives et productives dans une conversation
    • font usage d'un comportement non verbal
Écouter
Les élèves sont en mesure:
  • de classer les informations de manière claire et personnelle par voie de:
    • textes informatifs relativement complexes tels qu'une interview ou un exposé
    • textes narratifs pas trop complexes tels qu'un reportage
  • d'évaluer les informations contenues dans :
    • des textes informatifs pas trop complexes tels qu'une interview ou un exposé
    • des textes narratifs tels qu'un reportage
  • de comprendre la contribution d'un interlocuteur pour mener une conversation directe relativement complexe

Les élèves peuvent:
  • utiliser les savoirs fonctionnels nécessaires à l'exécution la plus correcte possible de la tâche d'écoute:
    • par rapport à la forme, à la signification, au registre de langue et à la syntaxe ;
    • par rapport à la prononciation, au débit et aux schémas d'intonation
    • par rapport à la diversité socioculturelle dans le monde francophone
  • utiliser des stratégies de communication. Cela signifie qu'ils
    • font usage du contexte et de la redondance
    • peuvent dire qu'il y a quelque chose qu'ils ne comprennent pas et demander ce qu'elles signifient
    • demander de parler plus lentement, de répéter, d'indiquer, d'épeler, de reformuler, de noter quelque chose
    • répéter eux-mêmes pour vérifier s'ils ont bien compris l'autre

Attitude ou savoir-être
Les élèves sont disposés à :
  • prendre la parole, à participer à une conversation
  • aspirer à la précision lexicale et grammaticale
  • rechercher un langage varié
  • témoigner de l'intérêt pour ce que dit l'énonciateur
  • écouter attentivement et sans préjugés
  • respecter des conventions d'écoute

Savoir apprendre
Les élèves peuvent
  • appliquer, lors du planning, de l'exécution et de l'appréciation de leur tâche d'écoute, des stratégies d'apprentissage qui contribuent à la réalisation de l'objectif d'écoute:
    • évoquer et utiliser des acquis pertinents concernant le contenu et, dans un même temps, étendre leurs connaissances
    • utiliser leurs connaissances fonctionnelles et les élargir dans un même temps
    • fixer l'objectif d'écoute
    • aligner le comportement d'écoute sur l'objectif d'écoute
    • noter les informations importantes
  • appliquer, lors du planning, de l'exécution et de l'appréciation de leurs exposé et conversation, des stratégies d'apprentissage qui contribuent à la réalisation de l'objectif recherché:
    • évoquer et utiliser des acquis pertinents concernant le contenu
    • utiliser les savoirs fonctionnels et, dans un même temps, les étendre
    • rassembler des informations, également par voie électronique, et les traiter
    • fixer l'objectif de parole
    • établir le plan d'un exposé
    • répartir les tâches lors d'un exposé collectif, se concentrer, s'entraider, respecter ce qui a été convenu et utiliser l'apport de chacun




28/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres