Café du français

Café du français

Comment susciter le désir d’apprendre ?

Comment susciter le désir d’apprendre ?
Dix règles d’or pour l’utilisation de l’Internet en classe de FLE

 
L’Internet ?
De plus en plus de professeurs sont fascinés par cet outil en raison des multiples possibilités d’exploitation pédagogique qu’il offre :
  • la préparation des cours,
  • l’utilisation en classe de langue
  • l’auto apprentissage.
  • un support authentique actualisé

Mais l’utilisation d’Internet en classe de FLE constitue un avantage seulement dans la mesure où il contribue à développer la compétence de communication des apprenants.

Utiliser l’Internet en classe, ce n’est pas lire sur un écran chacun dans son petit coin...
 
Pour tirer le plus grand profit de cet outil fascinant et susciter « le désir d’apprendre » de vos élèves, voici 10 règles à respecter :
 
 
Règle 1 : Utilisez l'Internet pour entraîner les quatre compétences
 
Rechercher des informations. Lire – Ecrire – Ecouter - Parler
Les élèves réalisent alors une activité de lecture sélective ou globale.
Ecoutez des documents audio-(visuels) permettant des activités de compréhension orale.
L'expression écrite avec les forums de discussion, les e-mails, les blogs…
 
Règle 2 : Intégrez l'activité Internet dans un ensemble d'activités d'apprentissage
 
Les activités de recherche d'information et de lecture sur Internet ne seront pas isolées. Elles prendront tout leur intérêt si elles sont précédées (et suivies) d'autres activités d'expression orale et écrite qui permettront de créer le contexte nécessaire à la réalisation de la tâche.
L'ensemble des activités visent à développer les connaissances et compétences :
  • linguistiques,
  • sociolinguistiques (adéquation du discours à la situation de communication),
  • discursives (fonctionnement des textes),
  • référentielles (du monde)
  • socioculturelles (connaissance des cultures et des sociétés francophones).
  
Règle 3 : Augmentez le degré d'implication des élèves
 
Grâce à l'Internet, le monde de la francophonie entre dans la classe et la langue française acquiert le statut de langue vivante de communication contemporaine partagée par des locuteurs d'origine sociale, culturelle et ethnique différente. C’est un médium très motivant pour les élèves et les professeurs.
Quelques principes pédagogiques simples pour augmenter cette motivation :
  1. La pédagogie de la tâche et la pédagogie différenciée
    L'élève sera impliqué davantage si nous lui donnons une tâche en partant de ses centres d'intérêt à lui.
    Un petit exemple pour expliquer cette idée. Admettons que nous ayons travaillé avec une chanson du groupe Manau (rap celtique) que les élèves ne connaissent pas. Nous pouvons leur demander de formuler, en groupe de deux élèves, des questions sur le groupe, auxquelles ils souhaitent recevoir une réponse, avant d'entamer leur recherche sur le site officiel de Manau. Les questions de la classe peuvent être mises au tableau mais chaque groupe peut rechercher les informations qui l'intéressent. C'est le principe de la pédagogie différenciée.
    Et, quel est le but de la recherche de ces informations ? Les élèves communiquent les résultats de leur recherche à leurs compagnons de classe et ensuite les groupes doivent rédiger un petit texte de présentation du groupe Manau (de 10 lignes) pour la couverture de leur nouveau CD. C'est le principe de la pédagogie de la tâche qui est, en somme, une pédagogie du sens parce qu'elle contextualise l'activité en attribuant à l'élève un rôle (créateur/dessinateur de couvertures pour disques CD) et une intention de communication (écrire un texte de présentation) destiné à un public précis (l'acheteur potentiel de l'album).
     
  2. Suspens, suspens…Surprise, surprise
    Captiver l'attention des élèves, ce n'est pas toujours facile mais c'est possible. Introduire dans la démarche un effet de surprise ou une énigme peut contribuer à leur donner envie d'apprendre.
     
  3. Jeux et compétitions
    L'homme est « ludens » avant d'être « sapiens »! C'est pourquoi les activités stimulantes, ludiques et créatives favorisent l'implication des élèves et leur permet, d'emblée, de mieux réussir leur apprentissage. A travers le jeu en classe de français, l'élève prend conscience de ce qu'il est capable de faire …. et il ne bloque plus sur ce qu'il ne sait pas encore faire…
Règle 4 : Augmentez la communication entre les élèves
  1. Le déficit d'information (information gap)
    Dans la vie réelle nous communiquons pour échanger des informations, pour combler un vide. Si vous et votre ami(e) avez regardé le JT à la télé, vous ne lui demanderez pas ensuite de vous raconter ce qui a été dit. Cela n'aurait aucun sens puisque vous partagez la même information. Il y a communauté de répertoire. Si, par contre, votre ami n'a pas eu l'occasion d'écouter le JT et que vous le lui résumez, il y a un réel besoin de communication et c'est ici que l'interaction prend tout son sens (pédagogie du sens).
    Si nous voulons que l’élève soit motivé pour parler et communiquer en français, il faut que nous créions une situation de communication avec un réel enjeu. Comment ? En introduisant systématiquement une tâche à résoudre, avec un déficit d'information qui requiert une interaction entre les interlocuteurs. Les élèves ne rechercheront pas les mêmes informations sur Internet mais des informations différentes qu'ils échangeront ensuite.
  1. Le travail de groupe
    Pour augmenter l'interaction entre les élèves, il est utile d'organiser du travail de groupe. Celui-ci permet, en effet, que chaque élève prenne plus de temps de parole et que le rythme de travail soit moins contraignant aussi bien pour les élèves rapides que pour les élèves moins rapides.
Le système du carrousel est particulièrement efficace pour rentabiliser le temps de parole et pour introduire un déficit d'information. C'est le système par lequel, au départ, il y a p.ex. 4 groupes (A, B, C, D) de 4 élèves (1, 2, 3, 4). Chaque groupe réalise une tâche différente. Ensuite, on reforme de nouveaux groupes (I,II,III,IV) composés d'un élève de chacun des groupes initiaux (groupe I étant composé de élève A1, B1, C1, D1; groupe II de A2, B2, C2, D2, etc.) pour échanger les informations.
 
  1. Une limite du temps de recherche d'informations
    Si cet outil est fascinant car immensément riche, il est en même temps dangereux car il peut noyer l'élève (débutant) dans la multitude des informations disponibles. De cette façon, l'apprenant peut souffrir de surcharge cognitive. Sa mémoire de travail est saturée et il n'arrive plus à structurer les informations et donc à construire du sens.
    La solution consiste à limiter le temps de recherche d'informations sur Internet et à délimiter aussi la recherche en attribuant une tâche précise.
Règle 5 : Adaptez la tâche au niveau des élèves
 
L'Internet est exploitable même avec des débutants. Cela dépend de la tâche que vous assignez aux élèves. C'est la tâche qui fait la difficulté plus que le document, même si certains documents sont plus complexes que d'autres.
 
Règle 6 : Exploitez la dimension visuelle de l'outil
 
Les photos, les images, les illustrations, les vidéos et les animations (aspect interactif) sont autant d'indices contribuant à conférer du sens au texte écrit à l'écran.
 
Contrairement aux autres média, les sites Internet offrent souvent trois canaux complémentaires d'accès au sens :
  • images (animées ou non),
  • texte écrit
  • commentaire oral.

La compréhension s'en trouve facilitée car l'élève peut mettre en œuvre des stratégies de compensation s'il ne comprend pas le texte écrit et/ou oral. L'exploitation des images permet en outre d'aller vers ce que l'élève sait faire sans s'arrêter à ce qu'il ne sait pas encore faire. En effet, tout élève est bien capable de retirer une information des images à condition que les questions posées soient suffisamment ouvertes. Cela rejoint le principe que c'est la tâche qui fait la difficulté.

 
Règle 7 : Prévoyez des tâches supplémentaires pour les apprenants rapides
 
C'est encore un fois le principe de la différentiation. La flexibilité d'emploi de l'outil rend moins contraignantes les différences de rythme de travail des apprenants pour les élèves et pour le professeur qui aura moins de mal à gérer sa classe s'il prévoit une occupation édifiantes pour les élèves les plus doués en français. Profitez-en !
 
Règle 8 : Sauvegardez vos sites préférés sur un CD-rom
 
Le site Internet est un média éphémère. C'est ce qui fait en partie son attrait mais aussi sa difficulté pour les professeurs désireux de garder les informations quand ils ont élaboré des exploitations pédagogiques. Alors la solution, c'est de sauvegarder sur CD-rom vos sites préférés. Les logiciels Teleport pro et Memoweb pourront vous aider à le faire.
 
Règle 9 : Vérifiez la qualité de l'information
 
La qualité de certains sites laisse à désirer pour la simple raison que tout un chacun peut réaliser son propre site et qu'il n'y a pas de contrôle de qualité. Soyez donc vigilants dans le choix des sites et privilégiez les sites officiels.
 
Règle 10 : Prenez plaisir à enseigner avec Internet
 
Très souvent, on parle de la motivation des élèves. Mais, qu'en est-il de la motivation des professeurs ? La plupart des professeurs sont créatifs et gourmands de connaissances. Le travail avec Internet et, en général, avec des documents authentiques actuels, leur permet aussi de continuer à apprendre ensemble avec leurs élèves et d'emblée, à rester motivés dans l'exercice de leur métier. Intégrer les TICE en classe de langue c’est souvent renouer avec le « plaisir d'enseigner »
 
QUI A ENCORE PEUR DU GRAND MECHANT INTERNET ?...


09/09/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres